drapeau
cw
baroux
fairmont
sepaq
mont

Les Championnats pêche à la mouche du Commonwealth 2016 :  un franc succès résultat de deux ans de préparation.all-teams

Lors des derniers Championnats du Commonwealth 2014 tenus à Devon, Angleterre, Fly Fishing Canada / Pêche à la mouche Canada et son président, Jim Iredale, étaient invités à présenter au Canada la prochaine édition de ce prestigieux tournoi. Suite à un appel de candidatures Le Club des Moucheurs EnDiablés a été choisi pour présenter cet événement à Mont-Tremblant sur la rivière du Diable (secteur réservé à la pêche à la mouche seulement) ainsi que sur trois lacs de la Pourvoirie Baroux à la fin du mois d’août 2016. Le choix de la date n’a pas été fait au hasard. Par le passé, toutes nos compétitions d’envergure ont eu lieu à la fin du mois d’août : la rivière et la météo étant toujours au rendez-vous.

Il y avait beaucoup à faire et le comité organisateur s’est rapidement mis à la tâche.

Sa première décision a été d’organiser les championnats canadiens 2015 sur les lieux et dans le même contexte que Commonwealth 2016, dans le but de créer une répétition générale. Nous sentions le besoin de tester nos lieux de pêche et la logistique requise. Le projet d’une année s’est transformé en un projet réparti sur deux années.

Les pays participants au tournoi étant sensiblement les mêmes à chacune des éditions, nous avions, dès le départ une bonne idée des enjeux qui nous attendaient. Le budget fut mis au point de manière très conservatrice en s’assurant que les frais des compétiteurs couvrent toutes les dépenses encourues.

Quinze(15) équipes en provenance de  dix (10)pays membres du Commonwealth britannique se sont inscrites, pour un total de 76 personnes dont 12 compétitrices : Afrique du Sud : 1 équipe hommes, 1 équipe femmes; Angleterre : 1 équipe hommes, 1 équipe femmes; Australie : 2 équipes hommes ; Canada : 2 équipes hommes; Écosse : 1 équipe homme, 1 équipe femme; Ile de Man : 1 équipe, hommes ; Irlande du Nord : 1 équipe homme; Malte, 1 équipe hommes;  Nouvelle-Zélande : 1 équipe hommes; Pays de Galles : 1 équipe hommes.

Un tournoi en cinq sessions.

Tous les compétiteurs et compétitrices devaient participer à cinq sessions en rivière et en lac (loch style), selon une rotation complexe déterminée par un tirage au sort. En aucun temps, les compétiteurs ne devaient partager un même parcours de pêche en rivière ou partager une même embarcation avec un compatriote. Le contrôle des prises était assuré par un bénévole sur la rivière alors que le contrôle en bateau était assuré par les deux participants. Chaque session de pêche était d’une durée de 3 heures : 09h00 à 12h00 et 14h00 à 17h00. Les règles de pêche appliquées étaient une version adaptée des règles de la Fédération internationale de pêche sportive – mouche (FIPS-mouche).

Les prises étaient inscrites sur des feuilles de pointages signées par les concurrents et les contrôleurs. Les feuilles de pointage étaient ensuite acheminées au comité responsable de la compilation des points. Une fois les résultats affichés, les compétiteurs disposaient de deux (2) heures pour signifier un désaccord et demander un recomptage. Durant tout le tournoi, aucune demande de recomptage n’a été présentée.

Afin d’assurer la présence de tous et le contrôle d’un horaire serré, tous les compétiteurs étaient transportés par autobus sur les lieux de compétition suivant la rotation préétablie.

Des conditions de pêches variables

Le secteur « pêche à la mouche seulement » de la rivière est d’une longueur d’environ quatre (4) kilomètres. Il a été divisé en 28 parcours d’une longueur d’un peu plus de 100 m., séparés par une zone tampon de 10 mètres. Un seul compétiteur était assigné à chacun des parcours et un contrôleur bénévole lui était désigné pour la session.

En juin 2016, 1 500 truites brunes ont été ensemencées dans le secteur réservé « pêche à la mouche » et 1 500 truites brunes additionnelles de deux ans ont été ensemencées en août. Malgré un temps chaud et humide tout au long du mois d’août, le débit de la rivière est demeuré élevé jusqu’au début du tournoi, alors qu’il s’est stabilisé à 10 m3 /sec : son niveau idéal.

Nombre de prises en rivière : 365

La Rivière du Diable constituait un défi pour plusieurs compétiteurs venus d’outre-mer peu habitués à un cours d’eau aussi robuste.

Nombre de prises en lacs : 360

En lac, les conditions de pêche ont été difficiles tout au long du tournoi. Des températures d’eau élevées et l’absence de vent ont forcé les compétiteurs à travailler en profondeur et à faire preuve de patience. Trois lacs ont été choisis pour le tournoi : le Lac Barrière, le Lac Renversis et le Lac des Îles. Ces trois lacs de la Pourvoirie Baroux contenaient des populations de truites arc-en-ciel et de truites mouchetées. Le Lac des Îles contient de plus des truites grises dont quelques-unes ont été capturées malgré la saison tardive.

Il est intéressant de constater le nombre presqu’égal de prises en rivière et en lacs. En accord avec les règles de compétition, tous les poissons capturés ont été remis à l’eau sans mal.

Conclusion : mission accomplie!

Le Club des Moucheurs EnDiablés a pour mission l’amélioration et la préservation des lieux de pêche à la mouche, le rapprochement des activités de pêche auprès de la communauté et de la région et le rayonnement de notre sport.

La réalisation des Championnats de pêche à la mouche du Commonwealth 2016, le troisième tournoi du genre en importance au monde, des compétitions de championnats québécois et canadiens sont autant d’activités qui s’inscrivent dans cette mission de promotion des lieux de pêche de la région du Mont-Tremblant.

Aucune de ces réalisations ne serait possible sans le soutien de nos membres, des bénévoles et des partenaires commerciaux et institutionnels. Merci à tous car la pérennité de notre association en dépend.

Membres du Comité organisateur : Jim Iredale, président de FCC, Alain Monast, président des moucheurs EnDiablés, Denis Landreville, Guy Robert et Régent Gagnon, tous membres des moucheurs EnDiablés

 

___________________________________________________

History of the Commonwealth Fly Fishers

History of the Commonwealth Fly Fishers

Biography of Jill Mandano, Chairman of CFA

Jill Mandano

Jill’s history with fly fishing goes back to a flight to the US in 1986 sitting besidesomeone who turned out to be the (then) Swedish National Fly Fishing Champion.

From this meeting she was invited to attend the FIPS-Mouche World Championship inFinland as a guest.

While there, she met the NZ team who had recently joined FIPS-Mouche. They wereparticipating in their first world championship. Her abiding memories of this

championship, held just inside the Russian border and close to the Arctic Circle were of the almost permanent daylight of a Finnish summer and the tens of millions ofmosquitos which this land of 72000 lakes has! Together with the herds of reindeer on the roads, this makes for a hazardous holiday.

In 1989 she sold her business interests & retired to spend part of each year in NZ. Shecontinued her association with the NZ team members and their Society; in 1993 when their President was forced to retire due to ill health, she was invited to take over as President.

Although Jill has never been a fly fisherman (in fact has never even cast a fly line!) sheagreed on the understanding that she would attend the international meetings and the secretary would run the NZ champs!

After a couple of years (with Jill’s cajoling), the society evolved democratically whichenabled it to expand & develop. In 2008 they were awarded the right to host theirsecond world champs with Jill as the International Organiser. Having presided over Sport Fly Fishing NZ for 17 years, she gratefully passed the reigns to Mr StratoCotsilinis at the AGM in 2010 and the Presidency has been since rotated amongstvarious members of the society.

The Commonwealth was founded by Ann & Arthur Humbert together with TonyPaulson of England and Jason Garret Snr and the first competition was held here in Tasmania 1988. When Arthur decided to relinquish the reigns of the organisation in the late 90’s, he asked Jill to take over from him, with Bob Church acting as hertechnical advisor. Since then the Commonwealth has grown and flourished to the memorable event we see today.

It is a testament to the dedication of all the organisers over the years that that theCommonwealth continues to grow in line with the vision of its founders.

__________________________________________________

COMMUNIQUÉS :

Moucheurs EnDiablés Communiqué 1

Pour en savoir plus :

Commonwealth Fly Fishing Championships.

Championnat du monde 2016.